B/ Climatologie

 

 

 

La dendroclimatologie est fondée sur les rapports d'isotopes stables (oxygène, carbone, hydrogène) sur des échantillons d'arbres. Deux atomes sont des isotopes s'ils ont un nombre de neutrons A-Z différents. Ils ont le même numéro atomique Z et le même nombre de masse A. Ces rapports sont des indicateurs très utile car ils sont très sensibles au conditions climatiques : c'est le principe de séparations isotopique. Certains phénomène naturel se traduisent par des variations des rapports isotopique : r = isotope 1∕ isotope 2

L’analyse isotopique de la cellulose des cernes fournit une indication sur la température de l’eau des racines et sur les variations de la production de carbone 14. Cette analyse permet d'avoir une chronologie précise, qui est comparable avec les rapports isotopiques actuels.

 

L'un des buts de la dendrochronologie est de reconstituer le climat passé voire de prédire celui du futur grâce aux variations de la taille des cernes d'une année à l'autre.

   

La conservation des annales météorologique permet de comparer les cernes, et donc savoir si un arbre à été fort touché par cet évément. A l'inverse, l'observation des anneaux permet de déterminer un évenement climatologique (régional, le plus souvent). Sinon, des relevés instrumentaux sur la températures et les précipitations sont possibles.

 

Voici quelques exemples des informations sur le climat ou l'environnement que peut nous apporter la dendrochronologie, grâce à la variation de la largeur des cernes :

 

 

Les éruptions volcaniques sont des catastrophes naturelles qui influent fortement sur le climat de la zone concernée : la température baisse si l'éruption est violente. La densité de chlore dans l'air augmente. Le ciel s'obscursis. Connaître la date d'une éruption et son intensité peut aider pour reconstruire un climat du passé. Plusieurs méthodes de datation sont possibles. En ce qui concerne la dendrochronologie, on peut par exemple comparer les dépôts de cendres d'un arbre touché par une éruption et l'arbre près du volcan dont on veut connaitre un date d'éruption.

 

Douglass, le créateur de la dendrochronologie a prouvé dans les années 20, au tout début de la dendrochronologie, que les cernes des arbres conservaient les traces des incendies de forêt. Il a aussi remarqué au hasard de ses déplacements que les cernes étroits coïncidaient avec périodes sèches.

 

 

Sur le bois un dendrochronologue peut savoir si la milieu où l'arbre vivait a été déforesté. En effet, si un arbre est toujours sur pied après la déforestation, il y aura moins de compétition entre les arbres : il recevra plus de lumière et de nutriment, éléments indispensables pour l'arbre. Il aura donc une plus grande croissance et ses cernes seront plus larges.

 Années caractéristiques

Les années caractéristiques* sont identifiées à partir des chronologies moyennes des populations standardisées pour obtenir l’indice  C de Cropper (1979).

La méthode consiste à calculer le rapport de la valeur de la largeur de cernes d’une année à la moyenne des largeurs mesurées sur une fenêtre de 13 années centrées sur l’année considérée. Les valeurs obtenues sont rangées en 3 classes de déviation de croissance positive ou négative :

faible (C>1),

forte (C>1,28)

extrême (C>1,645).

Cette méthode est utilisée pour mettre en évidence les effets des changements des conditions environnementales, en particulier les facteurs climatiques. Les résultats et leur interprétations portent sur les années à croissance négative plus liées à l’action d’un facteur limitant que les années à croissance positive.

Les années caractéristiques (cernes minces) apparaissent liées à des conditions climatiques plus froide que la normale, ce caractère pouvant affecter soit l’année dans son ensemble, soit une saison particulière.

 

~> Connaitre les relations entre le climat et les arbres est important pour comprendre les écosystèmes et construire des modèles climatiques.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×