Créer un site gratuitement Close

A/ Méthode

 
Cette partie vise à présenter et expliquer l'analyse dendrochronologique; celle-ci s'effectue selon un protocole comprenant deux grandes étapes : le travail sur le terrain et le travail en laboratoire.

      1) Le travail du dendrochronologue commence sur le terrain

Le premier travail consiste à effectuer un prélèvement de bois. Il existe deux types de prélévement : le débitage d'une rondelle (coupe transversale du tronc) et l'extraction d'une carotte au moyen d'un outil appelé tarière. Comme il ne peut être envisagé d'abattre tous les arbres dont on souhaite connaitre l'âge, on procéde à un carottage.

Il est nécessaire de prendre le temps sur le terrain de choisir les échantilons favorables à la datation dendrochronologique.  Plus il y a de cernes, plus la datation sera précise. Il faut parfois multiplier le nombre d'échantillons pour assurer la fiabilité des résultats, en particulier lorsqu'il s'agit de bois altéré par l'homme (charpentes notamment) ou par le temps.

Lorsqu'il s'agit d'une rondelle, le prélèvement est effectué dans la partie basse du tronc pour avoir toutes les années de croissance. Lorsque l'on procède par carottage, l' arbre est carotté jusqu'au coeur, généralement à hauteur d'homme (environ 1m30) pour faciliter le prélèvement et essayer de bien atteindre le coeur de l'arbre; au-delà de cette hauteur on risque de ne pas avoir les premières années de croissance de l'arbre. Le carottage s'effectue généralement dans une direction quelconque en évitant toutefois les défauts visibles du bois (bourrelet cicatriciel d'une blessure ou gelivure, c'est à dire une fissure allant jusqu'au coeur provoquée par des torsions lors des tempêtes). 

Le prélévement des carottes s'effectue à l'aide d'une tarière de Pressler, manuelle ou motorisée (figure n°8). Comparable à un tire-bouchon, elle s'enfonce dans le tronc et découpe un fin cylindre de bois . Les tarières les plus courantes mesurent 40 cm pour un diamètre intérieur de 5 mm; elles permettent de carotter des arbres de 80  cm de diamètre maximum.

 

Figure n°8  - Schéma représentant une tarière et sa manipulation 

 

La légére blessure provoquée par la tarière se cicatrise facilement. Cependant, les trous peuvent être rebouchés par une baguette de hêtre préalablement désinfectée au fongicide (cette prévention évite les attaques de parasites ou de champignons). 
L'échantillon doit ensuite être préparé (ponçage ou planage) pour faciliter la lecture des cernes : la carotte est plongée pendant dix minutes dans un mélange  3/4 d'eau, 1/8 de glycérine, 1/8 d'alcool.  

                  2) L'analyse s'effectue en laboratoire

Le travail consiste à mesurer les cernes  (1/100 mm) et à représenter graphiquement la largeur des cernes. Ces courbes sont réalisées par ordinateur ( logiciels spécifiques utilisés comme par exemple Windendro ou Mesurim) avec en ordonnées les largeurs des cernes et en abscisse, le temps dont l'unité est l'année. Les points sont reliés pour former une chronologie :

  • élémentaire, la courbe ne concerne qu'une seule carotte ;
  • individuelle, la courbe correspond à un individu (arbre ou bois) et peut être composée d'une seule carotte ou de la moyenne de plusieurs carottes prélevées sur un même arbre ;
  • moyenne, c'est une moyenne de plusieurs chronologies individuelles. Les échantillons doivent provenir du même milieu géographique ou archéologique ;  
  • absolue, basée sur la connaissance de la synthèse de chaque cernes ;
  • flottante, ne concerne que les bois à dater (dendroarchéologie). Si une chronologie moyenne n'a pas pu être datée après comparaison avec les chronologies de référence, la chronologie est flottante.

Les sommets du graphique marquent les années favorables (cernes larges) et les creux représentent les années défavorables (cernes étroits) : ce sont des repéres chronologiques appélés années caractéristiques.

Une séquence dendrochronologique est établie afin de rechercher le maximum de similarité possible entre les largeurs des cernes. Le dendrochronologue constitue un système de référence, en établissant des correspondances entre les largeurs de cernes. Les chercheurs établissent donc une courbe continue par un chevauchement des séquences dendrochronologiques de bois de plus en plus anciens.

 

Figure  n°9  : Séquences dendrochronologiques

Cette méthode d'interdatation (statistique et visuelle) permet de repérer les corrélations, synthéses des informations recueillies pour une espéce d'arbre déterminée et sur une région géographique déterminée. Le dendrochronologue compare le graphique obtenu avec les séquences (Figure n°9).

Le graphique appelé Skeleton-plot permet de représenter chaque cerne d'un échantillon, en respectant les proportions des largeurs des cernes.

La dernière étape consiste à interpréter les résultats obtenus et à vérifier la qualité des mesures réalisées.

 Le calcul d'un coefficient de correlation (souvent noté "r") permet d'étudier les risques d'erreurs dans la ressemblance d'une chronologie moyenne et d'une chronologie de référence. "Il délivre un résultat compris entre -1 et 1. Si r vaut 1, les séries statistiques sont identiques, à un ordre de grandeur près. Entre 0.70 et 1, les séries sont sensiblement comparables ; autour de zéro, elles sont indépendantes et au voisisnage de -1, l'une à tendance à se présenter comme l'inverse de l'autre." (cette définition est extraite du livre "La datation en laboratoire, collection Archéologiques").

Le test de Student (probabilité statistique utilisée pour prédire la fréquence ou la rareté d'un phénomène) appliqué au coefficient de corrélation permet de vérifier si la ressemblance entre chronologie moyenne et chronologie de référence est due au hasard. En effet, plus T est élevé plus il y a de chances que cette ressemblance soit due à un facteur influant commun et non au hasard.

 

Mis à part l'âge de l'arbre, de multiples renseignements sont fournis par l'analyse de l'échantillon :

- l'accroissement anuuel moyen est établi par la formule 2x(L/100) avec L la largeur de 10 cernes ;

- la vitesse de croissance qui correspond au temps nécessaire pour que le rayon de l'arbre augmente de 2.5cm.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site