Glossaire

Glossaire

Année caractéristique : année définie soit par déficit de croissance soit par une reprise qui marque la plupart des arbres d'une région. On la caractérise souvent par comparaison avec la croissance de l'année qui la précède et on estime que la diminution ou la reprise de croissance d'une année sur l'autre est caractéristique quand 75 % (environ) des arbres considérés portent le même stigmate (la même signature). Mais il existe plusieurs autres façons de déterminer des années caractéristiques (qui, même appliquées à un même corpus, ne donnent pas exactement les mêmes résultats)

Année remarquable : année définie par un net déficit ou une nette reprise de croissance d'un arbre. Une année remarquable est caractérisée par une largeur de cerne qui s'écarte sensiblement de l'écart-type des oscillations de croissance inter-annuelles de l'arbre. Le pointage des années remarquables permet de dessiner un type de graphique, propre à la dendrochronologie, appelé "skeleton plot"*. La notion d'année remarquable est une notion individuelle.

Aubier : c'est la partie périphérique du tronc. Particulièrement bien visible sur le chêne, il constitue un anneau périphérique plus clair qui se distingue nettement du bois de coeur, ou duramen*

Cambium : dans un arbre, zone génératrice engendrant chaque année le bois situé sous l'écorce.

Cellulose : constituant essentiel des membranes des cellules végétales et qui assure leur résistance.

Cerne annuel de croissance : anneau de croissance qui caractérise les végétaux ligneux des régions tempérées. En général, la production du cerne commence à la fin mars pour se terminer fin août avec une marge autour de ces dates qui varie en fonction des conditions climatiques, écologiques etc...

Chemin de mesure : ligne le long de laquelle le dendrochronologue prend ses mesrues de cernes. On dit plutôt "chemin" que "rayon" car un rayon est censé partir du centre pour se terminer à la circonférence, tandis qu'un chemin, dans les faits et à cause de la nature de l'échantillon, commence où il peut et s'arrête où il peut.

Date d'abattage : pour le dendrochronologue, la date d'abattage est l'année à laquelle l'arbre est mort. Cette date est "portée" par le dernier cerne produit par l'arbre et situé juste sous l'écorce.

Duramen : aussi appelé bois de coeur, ou bois constitué. Il est en général plus sombre que l'aubier *.

Emondage : pratique qui consiste à couper toutes les branches d'un arbre pour faire des fagots etc... On laisse parfois une maigre touffe au sommet pour ne pas tuer le végétal. Quand il est pratiqué, l'émondage est systématique, tous les 5,6,7 ou 10 ans. Sitôt que les branches repoussent, on les recoupe. Ceci donne des séries de cernes extrêmement pertubées, avec des chutes de croissance violentes terriblement nuisibles à la datation des bois.

Lignine : substance organique constituant le bois.

Méristème : zone dans une plante de production de cellules

Sève : liquide nourricier des végétaux. La sève brute ou ascendante est une solution d'eau et de sels minéraux puisés dans le sol par les racines et aspirés vers le sommet de l'arbre par effet de répercussion de l'évaporation au niveau des feuilles. La sève élaborée ou descendante est une solution concentrée et visqueuse riche en sucres, en acides aminés et en diverses substances, synthétisés dans les feuilles à partir de la sève brute (l'énergie nécessaire étant fournie par la lumière).

Séquence ou série dendrochronologique : suite continue de nombres. Une séquence brute ou naturelle est une suite de largeurs de cernes.

Skeleton plot : graphique en "squelette". On nomme ainsi un graphique dendrochronologique en "bâtons" sur lequel on ne porte que les années remarquables*. En principe, les bâtons sont tirés de part et d'autres d'une base horizontale qui figure la croissance moyenne de l'arbre.

Stress (du point de vue du dendrochronologue) : effet sur l'arbre qui déclenche un dérangement de sa croissance, ce qui se caractérise par un cerne étroit et/ou un cerne à structure pertubée. Dans nos régions à climat tempéré, les gels tardifs et persistants, les sécheresses estivales, les atteintes massives à l'écorce, l'émondage *, causent des stress qui ont des conséquences typiques de la (dé)formation des cernes.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×